Notre histoire

1922

Brasserie
Duyck

2022

100 ans d’histoire


Notre histoire

Un village,
une famille,
une brasserie

Depuis 5 générations, la famille Duyck transmet de père en fils l’amour de la bière et du métier de brasseur. C’est l’histoire d’une passion héréditaire et exigeante qui a survécu aux bouleversements agricoles et industriels du XXème siècle. L’histoire d’une famille toute entière dévouée à la cause de la bière et du bon goût.


Début XXème

Naissance de la Brasserie Duyck

Dans la famille Duyck (un patronyme d’origine hollandaise) on parle flamand et on cultive la terre de père en fils. Pour compléter ses revenus, Léon Duyck décide de développer une activité d’appoint alors très répandue : la brasserie. Il installe une salle de brassage dans sa ferme de Zegerscappel, modeste commune des Flandres. Le département du Nord compte alors plus de deux mille brasseries. 

 

La première
« bière de garde »

Initié à la fabrication de la bière par son père, Félix Duyck, installe sa propre ferme brasserie au village de Jenlain. Dès les premières années, il cherche à se démarquer des autres brasseurs en produisant une bière plus fine et moins sucrée que les bières vendues quelques jours seulement après leur production. Il décide de conserver sa bière dans des fûts pendant plusieurs semaines afin de développer ses arômes. Il élabore la fameuse bière de garde à fermentation haute, l’une des premières bières de spécialité française. 

 


1950

La première
bouteille Champenoise

Au sortir de la guerre, les bouteilles se font rares. Félix et son fils Robert, ont alors une idée de génie. Ils imaginent conditionner leur bière de garde pour la première fois dans des bouteilles de champagne recyclées avec un bouchon de liège et un fil de fer pour tenir le bouchon. La bouteille champenoise entre dans l’histoire de la bière et on peut désormais partager les bières de la Brasserie à la maison. 

La renommée
nationale

Robert Duyck prend la succession de son père. On commence à parler de la bière de garde de cette petite brasserie et surtout, on se déplace de loin pour venir la goûter. En 1968, cette bière brassée par les Duyck prend le nom de son village, Jenlain. Les étiquettes illustrées d’un blason dessiné par le beau-frère de Robert Duyck font leur apparition sur les bouteilles jusqu’ici anonymes.

Un succès
qui ne se dément pas

A cette époque la brasserie livre deux dépôts régionaux, l’un d’eux à la faveur des étudiants lillois qui découvrent la Jenlain et s’entichent rapidement de cette bière. Tant et si bien qu’ils souhaitent la retrouver dans leur région d’origine. La Jenlain dépasse alors les frontières du Nord et tout le monde la réclame. Pour répondre à cette forte demande, Robert Duyck entreprend la modernisation du site de production de la Brasserie. 

La quatrième génération

Raymond Duyck, l’arrière-petit-fils de Léon, prend les rênes de l’entreprise familiale. Il poursuit le développement de la Brasserie et s’inspire de la Jenlain Ambrée pour créer la Jenlain Blonde qui sera ensuite suivie par d’autres créations originales. Soucieux de défendre les intérêts de sa profession, Raymond devient le représentant des petits brasseurs au sein de l’association Brasseurs de France.

Le développement
de la brasserie

Dans un contexte brassicole dominé par les grands groupes industriels, la Brasserie Duyck reste indépendante et continue à développer sa production. Raymond réalise de nouveaux investissements matériels, il s’équipe de nouvelles cuves de fermentation, de matériel de filtration, d’une ligne de conditionnement de boites et intègre une station d’épuration à la Brasserie.

Une nouvelle
génération

Mathieu Duyck, fils de Raymond, rejoint la Brasserie avec l’envie de continuer à brasser des bières et des idées. A son arrivée, une nouvelle salle de brassage voit le jour. Plusieurs chantiers sont entrepris au sein de la Brasserie pour moderniser l’outil de production et s’adapter au renouveau que connaît le marché de la bière depuis le début des années 2010. 

2016

Brasserie familiale
et indépendante

Continuer à s’adapter tout en restant libre et engagé. L’enjeu des années 2000 est de ne pas perdre en productivité. Le défi est de continuer à investir pour donner de la souplesse à l’outil de production et permettre aux hommes de répondre aux demandes d’un marché atomisé qui nécessite une grande réactivité.



Happy
Brasserie !

La célébration des 100 ans de la Brasserie est l’occasion de réaffirmer son identité et de s’appuyer sur ce précieux héritage pour continuer à innover et écrire son histoire. La dimension sociétale et environnementale est placée au cœur du développement par Mathieu Duyck.